Vous etes ici : Réflexion - Action Vie professionnelle Actualités Action PASSMO La convention enfin signée !


Action PASSMO La convention enfin signée !

Envoyer Imprimer

Après 18 mois de collaboration et d’échanges, mardi 5 mai, le partenariat entre la Fédération des APAJH, l’AGEFIPH, le Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville et le Ministère de l’économie, de l’industrie et de l’emploi portant sur l’action PASSMO a été officialisé par la signature de la « convention Passerelle ver s le Milieu Ordinaire » (PASSMO).

 

Valérie LETARD, secrétaire d’Etat chargée de la solidarité et Laurent WAUQUIEZ, secrétaire d’Etat chargé de l’emploi ont salué l’important travail accompli par l’APAJH, en particulier par les équipes d’Isère et l’engagement de l’AGEFIPH qui porte sur 17 millions d’euros.

« Un pari gagnant-gagnant » avec l’Etat et l’AGEFIPH

Jean-Louis GARCIA, président de la Fédération des APAJH a exprimé sa joie d’être arrivé à cette étape de la signature et rappelé le travail important accompli en Isère par l’association départementale APAJH, Ohé Prométhée et l’OVE (Œuvre des Villages d’Enfants).

L’action PASSMO vient dans la droite ligne des engagements militants de l’APAJH : comme la scolarisation en école ordinaire des enfants en situation de handicap, l’APAJH veut garantir autant que faire se peut, la pleine citoyenneté des travailleurs et les accompagner vers le milieu ordinaire.

Nous voulons que les personnes en situation de handicap soient actrices de leur vie et citoyennes.

Le président a par ailleurs réaffirmé la disponibilité de la Fédération pour travailler avec les pouvoirs publics chaque fois qu’il sera question de la citoyenneté et de la dignité des personnes handicapées.

Le coût moyen d'une place d'ESAT est de10 500 € par an. Un contrat PASSMO revient à 2100 € /an. Pour la valeur d'une place d'ESAT, on peut donc réaliser 5 contrats PASSMO, et, dans le même temps, libérer 5 places en ESAT au profit des personnes handicapées qui sont sur liste d'attente.

Cette équation révèle tout l’intérêt de cette action. En intégrant le milieu ordinaire, les travailleurs en situation de handicap qui le peuvent poursuivent ainsi leur parcours professionnel et leur épanouissement personnel au plus près de leurs capacités. De plus, à mesure qu’ils vont quitter les ESAT, les listes d’attentes vont se réduire au profit d’autres travailleurs orientés en milieu protégé.

Du point de vue de l’employeur enfin, l’embauche d’un travailleur en situation de handicap permet à l’entreprise de répondre à une partie de l’obligation d’emploi si elle y est soumise. Cette embauche permet aussi de faire évoluer les mentalités. La culture d’entreprise s’enrichit de cette force de travail nouvelle et de ses différences, c’est un premier pas vers un changement de culture plus large au sein de la société.

Action PASSMO : une révolution des esprits

Expérimentation

L’action PASSMO est mise en place dans 4 régions : Bretagne, Ile de France, Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes. Elle couvre ainsi 28 départements qui abritent près de 500 ESAT : c’est un vrai bassin de vie et d’emploi qui s’adresse à l’ensemble des ESAT du territoire couvert, qu’ils soient ou non des établissements APAJH.

C’est ainsi 36 000 travailleurs en situation de handicap qui sont potentiellement concernés.

Monsieur du Chéné, président de l’AGEFIPH a d’ailleurs salué l’importance d’aller sur le terrain pour trouver des solutions et des idées. PASSMO résulte d’un processus interactif qui va sans doute permettre d’améliorer le dispositif existant.

Logique de parcours

Le travail en ESAT, chaque fois que possible, ne doit pas être une fin en soi, mais plutôt une étape vers autre chose.

PASSMO cherche à favoriser le passage des travailleurs d’ESAT qui le peuvent et le souhaitent, vers le milieu ordinaire. L’objectif visé est de signer 650 contrats dès 2009, soit tripler le nombre de travailleurs en situation de handicap sortants, et de le multiplier par 5 en 2010.

PASSMO, un « outil clé en main » selon Valérie Létard

L’action PASSMO est un projet original et intéressant. Il s’articule autour de 3 aides financières réparties comme suit :

  • Aide de l’AGEFIPH : 9000 € / an pour un temps plein, pour aider l’entreprise à rémunérer le travailleur handicapé. Cette aide est reconduite automatiquement pendant 3 ans.
  • Aide de l’Etat : de 2100 € par an, soit 6 300 € pour la totalité du contrat (au prorata de la durée de travail prévue au contrat). Cette aide complémentaire spécifique permet de mettre en place un tutorat de la personne en situation de handicap (maximum 3 ans)
  • Aide à la mise en relation entre les ESAT et les entreprises : l’équipe PASSMO est à la disposition des ESAT pour les aider à prospecter les entreprises et négocier les recrutements.

Contexte de crise économique

L’action PASSMO prend un sens particulier dans le contexte de crise économique que nous traversons. Alors que la tentation pourrait être dans cette période critique de concentrer les efforts sur une part plus petite de la population et de l’activité, nous pensons, et les ministres affirment partager cette position, qu’il est au contraire plus important encore d’être aux côtés des plus démunis.

L’esprit de la loi du 11 février 2005 commande d’accompagner les personnes en situation de handicap dans tous les domaines de la vie. Dans la conjoncture actuelle, nous devons redoubler les efforts.

PASSMO : un laboratoire de mesures

La ministre Valérie Létard reconnaît à l’action PASSMO d’autres intérêts que le passage vers le milieu ordinaire. PASSMO permettrait aussi :

  • d’évaluer la pertinence de certaines dispositions, comme par exemple la reconnaissance automatique de la lourdeur du handicap pour les travailleurs orientés en ESAT.
  • de mettre en adéquation les besoins en places d’ESAT et les projets de créations : le nombre actuel de places d’ESAT serait satisfaisant si, ajoutées à la création des 4500 places annoncée par Nicolas Sarkozy en juin 2008, les passerelles vers le milieu ordinaire étaient activées (650 places vers le milieu ordinaire).

Enfin, les ministres ont salué l’origine de cette action qui vient du terrain et s’est proposée aux ministères ; c’est une initiative du bas vers le haut qui a été entendue.

Retrouvez plus d'informations sur Le site PASSMO

 

e-max.it: your social media marketing partner
!-- //FOOTER --