Vous etes ici : Réflexion - Action Grande dépendance Actualités Vers une meilleure prise en compte de l’aidant familial


Vers une meilleure prise en compte de l’aidant familial

Envoyer Imprimer

En Juillet 2010, le Centre d’Analyse Stratégique (CAS) a publiée une note de veille concernant la prise en compte de l’aidant familial dans la politique du maintien à domicile de la personne âgée. Depuis la rentrée 2010, les actions s’intensifient en direction de l’aidant familial pour les personnes dépendantes (personnes âgées et personnes en situation de handicap) : résultats d’enquêtes ; journée nationale des aidants …


Note aidants familiaux CAS

La reconnaissance sociale de l’aidant émerge, la Haute Autorité de santé préconisait ainsi un suivi régulier des proches qui viennent en aide à un malade atteint d’Alzheimer.

C’est ainsi que le 6 octobre 2010, une première journée nationale des aidants a eu lieu afin de rechercher et valoriser les initiatives en faveur d’une reconnaissance du rôle de l’aidant familial. Cette journée, constituée de tables rondes permettait d’échanger sur des thèmes alliant le quotidien de l’aidant, à la conciliation de l’aide avec la vie professionnelle et la relations avec les professionnels. Une journée en demi-teinte qui se base sur les résultats d’une étude mettant de côté des problèmes que peuvent rencontrer les aidants des personnes en situation de handicap.

Une nouvelle journée de rencontre avec l’aidant est organisée par la Macif le 23 novembre 2010.

En effet, une première étude au cours de l’année 2008 réalisée par l’Institut BVA pour la fondation Novartis estime à près de 3.5 millions le nombre d’aidants des personnes malades, âgées ou dépendantes. Ainsi, 7% des français déclarent « apporter une aide régulière et bénévole à un proche malade ou dépendant ». Cependant, l’un des critères pour être considéré comme aidant familial est que « la personne assistée ne doit pas être atteinte d’un problème de santé lié à un accident ou un handicap de naissance ». Cette étude ne prend donc pas en compte les aidants des personnes accidentées et des personnes en situation de handicap depuis leur naissance.

Le profil des aidants

Le profil est majoritairement féminin et plus âgée que la moyenne de la population française (45-64 ans). Ils viennent en aide de manière informelle et souvent non rémunérée à leur proche dépendant.

Un tiers des aidants de plus de 75 ans prennent en charge un compagnon ou un conjoint et 39% des aidants ont un lien familial. 89% des aidants vivent avec la personne aidée.

L’étude révèle pour autant que 17 - 18% de cette population n’ont aucun lien de parenté ou institutionnel avec la personne aidée.

6 à 8% de ces aidants seraient actifs, un chiffre qui pourrait atteindre les 15% dans 10 prochaines années.

Les difficultés rencontrées par l’aidant

La première difficulté demeure dans la gestion du temps. Le stress et le sentiment de solitude viennent ensuite.

90% des aidants déclarent arriver à concilier vie familiale et vie professionnelle. Pour autant 64% souhaiteraient bénéficier d’un aménagement de leur temps de travail. 59% des aidants sont en attente de conseils.

La relation aidants/professionnels de santé est parfois difficile. La grande majorité des professionnels de santé estime que le rôle de l’entourage va se développer dans les prochaines années, en tant que partenaire du professionnel de santé.

54% des personnes interrogées préfèrent s’occuper eux-mêmes de la coordination et de l’organisation des soins à la personne. 73% des aidants souhaiteraient bénéficier de solutions de recours. 37% en font appel aujourd’hui et 36% pointent l’absence de solutions de répit.

Dossier de presse Novartis

Egalement, une enquête « Aidants informels » en date du 5 octobre 2010 a été conduite par la DREES en 2008. L’enquête Handicap-Santé auprès des aidants informels (HSA) fait une estimation du nombre et des caractéristiques principales de l’aidant en interrogeant 5 000 aidants. Cette enquête est beaucoup plus vaste dans sa définition de l’aidant. Ainsi d’après cette enquête, sur les 8,3 millions de personnes de plus de 16 ans qui aident régulièrement 5,5 millions de personnes de plus de 5 ans, 4.3 millions viennent en aide à des personnes âgées de plus de 60 ans.

Le profil des aidants

La majorité des aidants sont des femmes et ont en moyenne 52 ans. 91% des aidants sont investie auprès d’une seule personne à domicile, la moitié des aidants vivent à domicile avec la personne aidée.

Les aidants participent aux soins et aux tâches du quotidien (toilette, habillage, alimentation, déplacement) principalement. Ils peuvent également apporter une aide administrative et une aide financière et matérielle.

Les problématiques

L’aide prodiguée par les aidants peut agir sur leur vie sociale. Ainsi 24% des aidants précisent que leur investissement auprès de la personne limite les départs pour le weekend.

Les aidants semblent peu informés des congés dont ils peuvent bénéficier, seul 20% des personnes connaissent au moins un des dispositifs disponibles pour les aidants. (Congé de soutien familial, congé de solidarité familiale, congé de présence parentale).

L’aide prodiguée peut également avoir des conséquences sur l’activité professionnelle des aidants. 1/3 des aidants qui travaillent (47% des aidants) ont du apporter des aménagements dans leur vie professionnelle. Peu d’aidant ont bénéficié d’une formation les accompagnants dans le suivi de la personne.

e-max.it: your social media marketing partner

Ce site enregistre des cookies sur votre ordinateur pour vous fournir une meilleure expérience.

EU Cookie Directive plugin by www.channeldigital.co.uk
!-- //FOOTER --